Discours Flash 12 – Sous influence médiatique


rejoignezlemouvement
Sous influence médiatique

Bonjour et merci de m’accueillir pour ce nouveau discours vidéo de la France à voix haute. Je vous invite à me rejoindre sur la page Facebook DISCOURSFRANCE si ce n’est pas encore fait, en suivant le lien disponible avec cette vidéo.

N’hésitez pas, bien entendu, à partager avec votre entourage ce qui va suivre.

On dit que l’Election Présidentielle c’est d’abord et avant tout la rencontre entre les français, et un homme ou une femme.

Le principal canal de diffusion pour que cette rencontre ait lieu est bien entendu devenu, au fil du temps, la télévision. Les bouquets de programmes Télé sont aujourd’hui devenus très vastes, très diversifiés et nous offrent donc un choix important de programmes à regarder.

Nous invitons donc chez nous, ceux que nous désirons recevoir, ou en tout cas, ceux que nous désirons entendre et regarder, afin d’arrêter le choix qui nous animera face à l’urne en avril et mai 2017.

Mais si l’Election présidentielle est la rencontre entre un peuple et un candidat, nous devons veiller à ne pas nous laisser, consciemment ou non, manipuler par cet outil puissant qu’est la télévision.

Vous me rejoindrez sans problème si je vous dis que certains journalistes, de radios, de télé ou de presse écrite, sont loin d’être objectifs et qu’ils se comportent lors d’interviews comme de vrais et mauvais amateurs.

Pourtant, certains d’entre eux agissent sur des diffusions nationales et ont donc un pouvoir de persuasion massif sur leurs auditeurs, et ce, avec la caution de leur rédacteur en chef !

Questions véhémentes, coupures de paroles incessantes, recherche de la déstabilisation par tous les moyens possibles et imaginables, recherche du buzz à tout prix… tout est bon pour dénaturer la personne interviewée et ses idées !

Combien de fois avons-nous vu Marine Le Pen ou les acteurs du Front National subir les questions des journalistes, qui se montrent agressifs, qui orientent leurs questions, qui se permettent de juger dans le ton, la tournure de leurs phrases, le choix de leurs mots, alliant tout cela parfois à un regard inquisiteur de juge suprême.

Ils ne font alors plus leur métier du tout, ils ont oublié leur devoir d’objectivité et tentent à tout prix de nous influencer, s’imaginant sans doute que nous sommes tous des abrutis, incapables de choisir par eux-mêmes.

Nous, spectateurs, devons donc être très attentifs à cela, et veiller à ce que leur façon de faire ne nous détournent pas du sens profond de ce que nous attendons demain, de ce que nous voulons voir se réaliser.

Les journalistes n’ont pas vocation à choisir pour nous, et ne doivent pas influencer nos choix, ce n’est pas leur rôle, pas plus que les artistes qui nous font le chantage de quitter le pays en cas d’élection de Marine Le Pen. C’est à nous qu’il incombe l’obligation de faire la part des choses.

Par ailleurs, la dernière interview séduction télévisée de l’un ou de l’autre, ne fait pas forcément l’homme de la situation pour les 5 ans qui suivent. Nous devons à nouveau nous méfier des images.

On se souvient tous de la longue litanie « Moi Président » de François Hollande qui avait été décisive lors du débat face à Nicolas Sarzkozy en 2012. Pas moins de 17 « moi président » en 3 mn, 3 minutes qui ont fait balancer le débat tout entier, de 2 h, au profit de François Hollande, et pourtant… voyez ce que nous en pensons aujourd’hui.

Combien de françaises et de français ont voté pour lui suite à ce passage de communication bien ficelé et bien maitrisé, un grand moment d’images, mais un moment très pauvre pour la suite des événements.

A l’avenir, combien de françaises et de français voteront pour un candidat qu’ils trouvent mignon, qu’ils trouvent agréable à regarder, qu’ils trouvent bien coiffés, qu’ils imaginent bien en gendre idéal…

Combien voteront pour Macron ou Montebourg pour autre chose que leur programme ? Combien voteront pour tel ou tel autre car simplement ils le trouvent sympa, sans rien réellement connaître sur leur programme quinquennal.

Et si nous nous montrions TOUS plus exigeants que cela, et si les électeurs votaient vraiment pour un programme, des idées, une vision de la France de demain, et non pour un sourire enjôleur et une façon de nous regarder qui nous émeut. N’oublions pas que l’urgence de la situation de la France le nécessite, et mérite donc bien mieux que ces émotions de bas étages !

Alors oui, peut-être vous dites-vous à cet instant que c’est loin d’être votre cas, que ce que je raconte aujourd’hui n’a pas de sens, que vous ne vous fiez pas à ces éléments-ci, et que personne n’agit ainsi ? Vous êtes sûrs ? Vraiment ?!

Combien se font influencer par ce qui ne devrait pas être influençant, consciemment ou non !

L’esthétique d’un candidat ne fait pas l’homme de la situation, l’esthétique d’un candidat ne fait pas la France de demain. Pas plus que l’opinion à peine voilée des journalistes ne peut, ni ne doit nous influencer.

Nous devons nous méfier de la séduction des images qui nous sont véhiculées, nous devons nous méfier de la séduction médiatique insidieuse.

Et c’est donc sur le fond que nous devons juger, que nous devons choisir, c’est notre devoir de citoyen, mais c’est aussi et surtout un droit que nous ne pouvons décliner.

Je vous remercie pour votre attention et vous invite à me rejoindre de suite sur ma page Facebook en cliquant sur le lien prévu à cet effet, en annexe à cette vidéo.

Je vous dis à bientôt pour un nouveau discours de la France à voix Haute, et méfiez-vous des images !